La musique créole et ses origines

Visiter l’île de La Réunion, c’est aussi partir à la découverte de la musique créole. Ses chants, accompagnés de ses danses, rythment la vie des Réunionnais. Fruit du brassage culturel, la musique créole représente une musique métissée. A La Réunion, elle se décline sous deux genres : le maloya et le séga. Découvrez-les avec notre agence de location de voiture à saint-denis reunion.

 Séjourner à La Réunion pour découvrir et apprécier la musique créole.
© Crédit photo :B.navez

Le Maloya, la musique des esclaves

Le maloya est l'héritier des chants des esclaves. Il est classé au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO depuis 2009. Il tire son origine des esclaves venus d’Afrique pour travailler dans les champs de cannes à sucre de l’île. Cette origine se ressent toujours dans les retentissements des chants et pour cause, le maloya se joue sur des instruments traditionnels comme :

  • le roulèr (gros tambour)
  • le bobre (arc musical)
  • le kayamb (percussion en bois et en tiges de cannes)
  • et le pikèr (fait à partir de bambou).

Les paroles reflètent le quotidien des esclaves et leur souffrance. Vous entendrez également des passages sur leurs ancêtres. Ce type de musique a d’ailleurs été interdit durant l’époque coloniale pour éviter les risques de soulèvement populaire. Il s’est alors pratiqué en secret jusqu’en 1976. Le maloya s’est ensuite mélangé à d’autres genres musicaux, tels que :

  • la poésie et le slam
  • le rock
  • le reggae
  • le jazz
  • et même la musique électronique.

L’esclavage étant aboli, le maloya interprète désormais la difficulté de la vie et de l'amour. Il parle également des sentiments d'amertume et d’injustice. A travers le maloya, les musiciens mettent aussi en avant la beauté de La Réunion.

Le Séga, la musique de la fête

Le séga est sans nul doute la musique de la fête. Il aborde en même temps la séduction et la sensualité. Si vous avez déjà eu l’occasion d’écouter de la biguine (musique des Antilles), vous remarquerez sûrement la ressemblance.

La colonisation a aussi pris part à la création du séga. Ce dernier est rythmé par des sonorités africaines, avec un mixte de quadrille, de valse et de polka. Ce qui lui vaut d’ailleurs le titre de « variété populaire et folklorique ». Tout comme le maloya, le séga a aussi pris d’autres formes. Les artistes l’associent en effet avec d’autres couleurs musicales comme l’électro.

Des artistes comme Maxime Laope et René Lacaille (accordéoniste) ont emmené le séga au rang mondial. Plusieurs scènes de l’île accueillent régulièrement des artistes qui vous feront connaître ce style musical. Vous aurez également l’occasion de découvrir le séga grâce aux différents festivals organisés sur toute l’île, à savoir :

  • Le « Leu Tempo festival », à Saint-Leu
  • les électropicales, à Saint-Denis
  • le festival de Danse Péi, à Saint-Paul
  • le festival Sakifo, à Saint-Pierre.

Prévoyez une voiture de location pour faciliter vos déplacements vers ces lieux.